Introduction : structure de la crucifixion et récit de l’ensevelissement


Sommaire

Le récit de la crucifixion de Jésus et de sa mort remonterait à une tradition très ancienne qu’ont connue Marc et Jean. Chacun, de manière indépendante, ont édité ce récit en y insérant leur propre vision théologique. En suivant celui de Marc, on peu repérer une structure en cinq parties dont la pièce centrale est axée sur les dernières paroles de Jésus et sa mort. Luc suit de manière générale le récit de Marc, mais il y insère ses propres thèmes, comme celui du pardon et de l’attitude bienveillante de la foule à l’égard de Jésus; au cœur de ce tableau sombre, il tient à introduire des notes positives, comme celle du malfaiteur qui se repent. Quant à Jean, son récit prend la forme d’un chiasme, où la deuxième partie reprend les thèmes de la première partie pour former une inclusion, dont le centre-pivot, donnant la clé d’interprétation, est axée sur le disciple bien-aimé à qui Jésus confie sa mère, embryon de la communauté croyante, ce qui permet à Jésus de dire : « Tout est achevé ».


  1. La structure du récit de Marc/Matthieu
  2. La structure du récit de Luc
    1. 23, 26-32
    2. 23, 33-34
    3. 23, 35-43
    4. 23, 44-46
    5. 23, 47-49
    6. 23, 50-56
  3. La structure du récit de Jean

 

De manière générale, nous allons suivre la structure de Marc, tout en avertissant le lecteur sur les points où les autres évangiles divergent de Marc. On trouvera, dans cet acte final du récit de la passion, certaines caractéristiques particulières à chaque évangile qu’il faut souligner si on veut comprendre la pensée de l’évangéliste. Il est sage de commencer par une vue d’ensemble des trois différentes structures des récits de la crucifixion et de la mise au tombeau.

  1. La structure du récit de Marc/Matthieu

    32. Un épisode de transition : Jésus est conduit pour être crucifié
    Mc 15, 20b-21Mt 27, 31b-32Lc 23, 26-32
    Ils le mènent dehorsIdentiqueIdentique
    Simon de CyrèneIdentiqueIdentique
    Père d’Alexandre, RufusUne multitude et les filles de Jérusalem suivent et se lamentent; J. [Jésus] leur parle
    33. Jésus crucifié, première partie : le cadre
    Mc 15, 22-27Mt 27, 31b-32Lc 23, 26-32
    Sept itemsSix items dans le même ordre que Marc (il omet la 3e heure, mais ajoute les gardes)Quatre items réarrangés (centrés sur le Jésus qui dit : « Père, pardonne-leur »)
    34. Jésus crucifié, deuxième partie : les activités autour de la croix
    Mc 15, 28-32Mt 27, 39-44Lc 23, 35-43
    Trois groupes qui se moquentIdentique (expansion du 2e groupe et de la moquerie)Le peuple se tient là et observe
    Trois groupes qui se moquent (composition partiellement différente de Marc)
    35. Jésus crucifié, troisième partie : les derniers événements, la mort
    Mc 15, 33-37Mt 27, 45-50Lc 23, 44-46
    L’obscurité de la 6e à la 9e heureIdentiqueIdentique (éclipse du soleil)
    Le voile du sanctuaire se déchire
    À la 9e heure J. lance vers Dieu un cri d’abandonIdentiqueJ. crie d’une voix forte qu’il s’en remet entre les mains du Père
    L’interprétation d’ÉlieIdentique
    L’offre de vinaigre de vin; moquerie autour d’ÉlieIdentique
    Après un fort cri, J. expiraAprès avoir crié, J. rendit l’espritAprès avoir dit cela, J. expira
    36-37. Jésus crucifié, quatrième partie : les événements après la mort de Jésus
    Mc 15, 38-41Mt 27, 51-56Lc 23, 47-49
    Le voile du sanctuaire se déchireIdentique
    La terre trembla, les rochers se fendirent, les tombeaux s’ouvrirent, les saints trépassés ressuscitèrent et entrèrent dans la ville sainte
    Ayant vu, le centurion confessa que J. est fils de DieuIdentique (d’autres avec le centurion)Ayant vu, le centurion confessa que J. est un homme juste
    Les foules s’en retournent en se frappant la poitrine
    Quatre femmes de Galilée observent à distanceIdentiqueCeux que connaissaient J. et les femmes de Galilée qui se tenaient à distance virent
    38-39. L’inhumation de Jésus, première et deuxième partie : Joseph et la mise au tombeau
    Mc 15, 42-47Mt 27, 57-61Lc 23, 50-56a
    Le soir, la journée de préparation avant le SabbatLe soir
    Joseph demande le corps à PilateIdentiqueIdentique (Joseph n’est pas d’accord sur la décision envers J.)
    Pilate demande au centurion si J. est décédé
    Pilate donne le corps à JosephIdentique
    Joseph enroule le corps et le met au tombeauIdentiqueIdentique
    Deux femmes observent le tombeauDeux femmes assises à l’opposé du sépulcreDes femmes regardent le tombeau
    Elles s'en retournèrent et préparèrent aromates et parfums
    40. L’inhumation de Jésus, troisième partie : le jour du sabbat
    Mt 27, 62-66Lc 27, 56b
    Après la journée de préparation, les chefs des prêtres obtiennent de Pilate des gardes pour surveiller le sépulcreLes femmes se reposent

    1. Le contenu

      Si on ne tient pas compte de la section de transition (32), le récit de Marc peut se diviser en cinq parties, la pièce centrale étant la partie trois (35) où Jésus, mourant, dit ses dernières paroles. On y retrouve la règle de trois typique des récits : trois moqueries de Jésus avant de mourir, trois mentions de l’heure (3e, 6e, et 9e heure). L’accent est sur l’accomplissement de ce qui a été annoncé : la moquerie et ce qui se produit après sa mort est la réalisation de l’objet du procès devant le sanhédrin, la destruction du temple et le titre de messie; des thèmes de l’Ancien Testament se réalisent, comme celui du juste souffrant des psaumes et de Sagesse 2, 17-20.

    2. La composition

      Les biblistes ont émis diverses théories quant à la composition de cette section, plusieurs décelant un noyau prémarcien primitif qu’ils ont essayé de délimiter avec plus ou moins de bonheur, d’autres avançant l’idée que Marc a réuni deux récits différents. Le fait même qu’il n’y ait pas d’accord chez les biblistes démontre la précarité des arguments. À tout cela, il faut ajouter l’observation des accords entre Marc et Jean, alors même que la majorité des biblistes reconnaissent l’indépendance de Jean par rapport à Marc. En effet, les deux évangélistes s’entendent sur le lieu, le fait que Jésus soit crucifié entre deux criminels, la charge contre Jésus, la moquerie par les chefs des prêtres, la répartition de ses vêtements, le vin aigre qu’on lui offre, Marie Magdeleine et l’autre Marie. Il vaut mieux admettre que nous sommes devant une tradition très ancienne qu’il est impossible de reconstituer avec exactitude, et que Marc utilise probablement.

  2. La structure du récit de Luc

    Dans l’ensemble, Luc suit Marc. Quand il s’en distancie, c’est pour intégrer certains thèmes communs à Luc-Actes : le pardon, être en paix avec Dieu, la multitude sympathique en contraste avec les chefs. Ainsi, Luc aurait retravaillé librement le matériel de Marc à l’aide de sources isolées inconnues de Marc. Il en résulte une structure beaucoup plus artistique que celle de Marc.

    1. 23, 26-32 (32. Jésus est conduit pour être crucifié). Trois groupes apparaissent favorables à Jésus : (i) Simon, qui porte la croix derrière Jésus, (ii) la grande multitude du peuple et des filles de Jérusalem, (iii) les deux malfaiteurs, dont l’un sympathisera avec Jésus.

    2. 23, 33-34 (33. Le cadre de la crucifixion). Il comprend trois sous sections : (i) le lieu, le fait de la crucifixion, l’introduction des deux malfaiteurs repris de Marc; (ii) la prière de Jésus demandant au Père de pardonner, particulier à Luc; (iii) la répartition des vêtements reprise de Marc.

    3. 23, 35-43 (34. Les activités à la croix). On y trouve cinq items : (i) le peuple se tient là et observe; (ii) les chefs ricanent; (iii) les soldats se moquent; (iv) un des malfaiteurs blasphème; (v) un des malfaiteurs sympathise et est récompensé. Luc a la particularité ici d’adoucir la scène en encadrant les trois items hostiles avec un début et une fin non hostiles.

    4. 23, 44-46 (35. Les derniers événements, la mort). Plus bref que Marc, Luc présente d’abord (i) l’obscurité de la 6e à la 9e heure et la déchirure du voile du temple (chez Marc, le voile se déchire après la mort de Jésus), puis (ii) le cri de Jésus alors qu’il remet son esprit entre les mains du Père (à l’opposé de Marc où on a un sentiment d’abandon), une atmosphère plus positive.

    5. 23, 47-49 (37. Les événements après la mort de Jésus). Encore ici, on retrouve trois groupes favorables à Jésus : (i) le centurion qui confesse que Jésus est un homme juste, en écho à Simon qui porte la croix de Jésus; (ii) les foules qui retournent à la maison en se frappant la poitrine, en écho à la multitude des peuples de la section 32; (iii) ceux que connaissaient Jésus et les femmes de Galilée qui se tenaient à distance et surveillaient, en écho aux filles de Jérusalem de la section 32.

    6. 23, 50-56 (38-40. L’inhumation de Jésus et le jour suivant). Joseph d’Arimathie réclame le corps de Jésus et l’inhume dans un tombeau où personne n’avait encore été placé. C’est une reprise de Marc, sauf que Luc a éliminé l’étonnement de Pilate devant la mort de Jésus, et insiste pour dire que Joseph est un homme juste, et la mention de l’absence d’autre corps dans le tombeau a une visée apologétique : il ne pourra y avoir de confusion avec un autre corps dans le même tombeau; puis il ajoute l’information que les femmes ont préparé des aromates et des parfums et se sont reposées.

    Dans l’ensemble, Luc nous offre une théologie plus bienveillante, à la fois dans la participation humaine et dans l’exercice du pardon chez Jésus. Son art ressemble parfois à celui de Jean en mettant en relief des incidents de la crucifixion et en montrant leur possibilité : son Jésus souverain qui promet en partage le paradis au malfaiteur ressemble du Jésus de Jean qui règne à partir de la croix.

  3. La structure du récit de Jean

    Le récit de Jean peut être représenté sous la forme d’un chiasme.

    Introduction (19, 16b-18)
    On prend Jésus : il porte sa croix au Golgotha et il est crucifié avec deux autres
    ↓ = ↑Épisode 6 (19, 38-42)
    Joseph demande le corps de Jésus à Pilate; Nicodème apporte de la myrrhe; on l’enroule dans un linceul et des aromates, le mettant dans un nouveau tombeau du jardin
    Épisode 1 (19, 19-22)
    L’inscription est dramatisée avec la proclamation trilingue de Jésus comme roi ; les chefs des prêtres demandent un changement, mais Pilate refuse
    ↓ = ↑Épisode 5 (19, 31-37)
    Journée de préparation et les Juifs demandent à Pilate d’enlever les corps; ses soldats brisent les jambes des autres, et percent le côté de Jésus; le sang et l’eau; deux citations de l’Écriture
    Épisode 2 (19, 23-24)
    Les soldats se répartissent les vêtements en quatre parts, mais la tunique est tirée au sort; les Écritures sont réalisées
    ↓ = ↑Épisode 4 (19, 28-30)
    Sachant que tout était achevé, Jésus dit qu’il a soif; on lui présente une éponge imbibée de vinaigre de vin sur une branche, avant qu’il dise « C’est achevé » et qu’il rende l’esprit.
    Épisode3 (19, 25-27)
    Des femmes se tiennent près de la croix; Jésus s’adresse à sa mère et au disciple bien-aimé; le disciple l’accueillit comme sienne

    La pièce centrale du chiasme est l’épisode 3 où Jésus est entouré par une communauté croyante, celle que lui a donnée le Père et qu’il a gardée; cela lui permet maintenant de dire : « C’est achevé ». Comme cela est typique d’un chiasme, les autres épisodes peuvent être mis en parallèle, quoique de façon non stricte : l’introduction et l’épisode 6 évoquent la séquence des événements, l’épisode 1 et 5 mettent en scène des gens hostiles à Jésus, l’épisode 2 et 4 mettent l’accent sur l’accomplissement. L’ensemble des éléments de Jean se retrouvent dans le récit de Marc, même s’ils ne sont pas dans la même séquence. Cela ne vient pas de ce qu’il a connu Marc, mais il a puisé à une source que les deux connaissaient. Par contre, il faut reconnaître les détails qui sont dans l’un ou l’autre des synoptiques, et qui sont absents de Jean.

    • Simon de Cyrène (présent chez les trois synoptiques)
    • Les lamentations des femmes en route vers le Calvaire (Luc)
    • L’offre initiale du mélange de vin (Marc/Matthieu)
    • La prière de pardon de Jésus pour ses tortionnaires (Luc)
    • Les indications de temps, e.g. 9 heure du matin (Marc); de midi à 15 heures (les trois)
    • Les diverses moqueries (les trois)
    • Le repentir du « bon voleur » (Luc)
    • L’obscurité sur la terre (les trois)
    • Le cri « Elōi, Elōi, lama sabachtani » (Marc/Matthieu)
    • La suggestion qu’il demande à Élie de le libérer (Marc/Matthieu)
    • Le dernier fort cri de Jésus (les trois)
    • Les paroles « Père, en tes mains je remets mon esprit » (Luc)
    • La déchirure du voile du temple (les trois)
    • Le tremblement de terre et l’ouverture des tombeaux (Matthieu)
    • La réaction du centurion (les trois)
    • Le repentir des foules qui retournent à la maison (Luc)
    • L’enquête de Pilate pour confirmer la mort de Jésus (Marc)
    • L’enroulement du corps de Jésus dans un linceul (les trois)
    • La présence des femmes au tombeau (les trois)
    • L’achat d’aromates par les femmes (Luc)

 

Brown v.2: Introduction : structure de la crucifixion et récit de l’ensevelissemen, pp 900-909 (version anglaise).


Section suivante: Épisode de transition : Jésus est conduit pour être crucifié

Retour à la table des matières Raymond E. Brown, La mort du Messie. De Getsémani au tombeau. Un commentaire de la Passion dans les quatre évangiles. v. 2