Peut-on retrouver dans les évangiles la séquence des événements entourant Jésus et les paroles qu’il a vraiment prononcées?

  • Les évangiles ne sont pas des récits historiques au sens moderne du mot « histoire »; ils ne cherchaient pas à raconter ce qui s’est passé, mais à proclamer que Jésus est Messie et Seigneur, et à soutenir la foi des premiers chrétiens, et sont donc avant tout des récits catéchétiques.
  • Les évangélistes s’intéressent si peu aux détails de la vie de Jésus que Marc et Jean nous présentent seulement un Jésus adulte dans son ministère qui n’a duré que quelques années. Matthieu et Luc font précéder leur évangile de deux chapitres sur son enfance, mais la valeur historique de ces récits de l’enfance est aujourd’hui très contestée.
  • Il est impossible de reconstituer la séquence des événements de Jésus en utilisant la suite des récits évangéliques. Prenons par exemple l’évangile de Marc qui apparaît le plus ancien. À travers son texte on perçoit des collections de traditions orales et écrites regroupées sous différents thèmes comme les controverses, les paraboles, les miracles. Ils apparaissent comme les grains d’un chapelet qu’on enfile les uns à la suite des autres, la transition se faisant souvent à l’aide de mots clés, comme le mot « pain » aux chapitres 6-8. Tout en utilisant le matériel de Marc, Matthieu ne s’est pas gêné pour établir un ordre différent : par exemple, il a regroupé ensemble neuf récits de miracle, avec une petite transition après chaque groupe de trois.
  • La situation se complique encore si on compare les évangiles synoptiques (Marc, Mattieu, Luc) et l’évangile Jean. Pour Marc, presque tout le ministère public de Jésus s’est passé en Galilée, et ce n’est qu'à la toute fin qu’il ira à Jérusalem pour y être confronté à l’élite religieuse et y mourir, alors que pour Jean, Jésus adulte a fait au moins quatre voyages à Jérusalem.
  • Quant aux paroles de Jésus, ont doit accepter que les évangiles ne reproduisent pas exactement ce que Jésus a dit, mais plutôt sa substance. Prenons par exemple les paroles de la dernière Cène. Nous avons quatre versions différentes des paroles de Jésus (Marc, Luc, Matthieu et Paul). Pourquoi? De toute évidence, l’événement n’a eu lieu qu’une fois. Il en est de même du discours sur les béatitudes que nous avons en deux versions chez Matthieu et Luc. Il faut donc conclure que les évangiles n’ont préservé que la substance des paroles de Jésus, non les mots exacts, et que toutes ces variations portent la marque de plusieurs années d’adaptation liturgique, de développement homilétique et d’activité créatrice des prophètes chrétiens.

Meier v.2, ch. 2, pp 41-43 (version anglaise).

Question suivante: Quelle est la date des évangiles et leur source?

Retour à John P. Meier, A Marginal Jew - Rethinking the Historical Jesus, Doubleday (The Anchor Bible Reference Library), New York, 1991-2009, 4 v.