Sybil 2000

 

Le texte évangélique

Mc 13, 24-32

24 Mais au cours de cette période, après toutes ces difficultés, le soleil s’assombrira et la lune ne reflétera plus de lumière, 25 les étoiles se mettront à tomber du ciel et les forces du cosmos seront ébranlées. 26 On verra alors le nouvel Adam se manifester mystérieusement avec force et la qualité extraordinaire de son être. 27 À ce moment, ce dernier enverra ses messagers et rassemblera les élus des quatre vents, de l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel.

28 Apprenez une leçon du figuier en considérant cette comparaison tirée de la vie. Au moment où son branchage devient tendre et donne des feuilles, vous savez que l’été est proche. 29 De la même façon, quand vous verrez se produire ces événements, sachez que le nouvel Adam est tout près aux portes. 30 Vraiment, je vous l’assure, cette génération ne disparaîtra pas tant que tout cela ne se soit réalisé. 31 Le ciel et la terre finiront par disparaître, par contre mes paroles ne disparaîtront jamais.

32 Concernant la question du jour et de l’heure de cet événement, personne ne le sait, même pas les messagers du ciel, même pas le Fils, mais seulement le Père.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

L'épopée humaine sera-t-elle un désastre?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire d'évangile - Homélie

L’épopée de l’humanité réussira!

Quelqu’un de mon équipe de travail me parlait récemment du divorce de son frère. Aussi commun que cela puisse nous paraître, nous savons bien que pour un couple qui vit cet événement douloureux c’est tout son monde qui s’écroule. Au-delà des drames personnels, il y a les drames collectifs. Au moment d’écrire ces lignes, la guerre fait rage au Liban, avec ses centaines de morts et toutes ses maisons en ruine. Que reste-t-il de leur monde à des gens qui n’ont plus rien, sinon leurs larmes et leurs cris de douleur.

Quand nous voulons nous tourner vers ce passage de l’évangile de Marc pour obtenir un peu de lumière et d’espérance, nous pouvons être vraiment déroutés par son langage. « Les étoiles se mettront à tomber du ciel ». Mais voyons donc! D’après la physique moderne, les étoiles ne peuvent pas tomber; au contraire, selon la loi de la gravité, c’est la terre, beaucoup plus petite, qui devrait tomber sur les étoiles. « Le soleil s’assombrira », dit encore notre texte. D’après la physique moderne, cela se produira quand le soleil aura consommé tout son hydrogène, c’est-à-dire dans 5 milliards d’années. Ce n’est pas demain la veille. Nous comprenons vite que nous sommes ici dans un langage symbolique. Et de fait, c’est un langage qui nous vient de l’Ancien Testament, plus précisément du prophète Isaïe. Mais tout cela pour dire quoi exactement?

Annoncer la destruction d’un monde, c’est aspirer à un monde meilleur. Pourquoi un couple se sépare-t-il, si ce n’est dans l’espoir que la vie sera meilleure autrement? Que cherchent tous ces intégristes musulmans en voulant la destruction de la culture occidentale, sinon l’application stricte de la « Charia » et une vie selon le Coran. Le passage de Marc fait partie d’un courant dit « apocalyptique », typique de groupes pour qui leur situation est pénible, et donc annonce dans leur foi la disparition de ce monde et l’apparition d’un nouveau. Qu’est donc ce monde meilleur qu’annonce Marc?

Encore ici, le langage est déroutant : « Alors on verra le Fils de l’homme venir, entouré de nuées, dans la plénitude de la puissance et dans la gloire ». Ces images empruntées à l’Ancien Testament renvoient en fait à un peuple qu’on croyait battu, et qui à la surprise générale finira par être le véritable vainqueur de l’histoire, et qui a pris pour nous le visage de Jésus ressuscité, image de l’humanité guérie, le nouvel Adam. Aussi je préfère traduire ce texte grec de Marc par : « On verra alors le nouvel Adam apparaître au cœur du mystère de la vie avec toute sa force et la qualité extraordinaire de son être ». C’est notre foi fondamentale que, malgré tous nos échecs, nos culs de sac et les drames atroces dont nous sommes témoins, l’épopée de l’histoire humaine réussira.

Permettez un exemple personnel. Il y a plusieurs années, dans un moment d’impatience avec un chien, j’ai choqué profondément ma fille ultra sensible; j’étais à ses yeux un être horrible. Ce fut le déclencheur d’une guerre larvée. D’une part, elle rejetait cet être exigent et lointain que j’étais, le considérant inhumain. D’autre part, je ne comprenais pas cette fille souvent en crise, critiquant tout et n’en faisant qu’à sa guise. C’est ainsi que nous nous parlions presque plus, nous ignorant mutuellement. Cela a duré plusieurs années, au grand désespoir de ma conjointe qui ne voyait absolument pas comment pourrait se faire la réconciliation. Et puis soudainement, comme sur la pointe des pieds, l’impossible est arrivé, sans que je puisse nommer l’événement décisif. Le dialogue et l’amour ont été retrouvés; j’admire ce qu’elle est devenue, et je suis pour elle un véritable père.

Il nous est parfois difficile de croire comment certaines situations inextricables peuvent débloquer. Avec raison l’évangile dit : concernant le jour et l’heure, personne ne le sait sinon Dieu. Mais ne pas savoir le « comment » ne nous empêche de croire à sa possibilité, si vraiment nous croyons que ce nouvel Adam préfigure notre monde. Si vraiment Dieu ne nous a pas abandonné à nous-mêmes et à nos folies, si vraiment Jésus ressuscité représente notre avenir, alors tout est possible. Puisque le côté pervers de ce monde n’est pas permanent et que l’épopée humaine réussira là même où tout espoir semble perdu, il vaut la peine d’y travailler. Mais est-ce vraiment là notre foi?

 

-Août 2006