Etty Hillesum - La beauté


Dimanche matin [le 28 juin 1942], 9 heures
Une pensée qui vient de ce pois de senteur et de Karl Nötzel :

Hier soir, j'ai subi la beauté presque insoutenable de ce pois de senteur rouge rosé entre mes livres. Si je disposais de suffisamment de vocabulaire (et heureusement ce n'est pas le cas), je me serais alors assise et j'aurais écrit un traité esthétique. Et je me serais ainsi débarrassée du poids sous lequel cette beauté m'avait pratiquement écrasée. Mais je n'avais pas les mots nécessaires et je me suis contentée d'écrire avec résignation : « La beauté est aussi une chose que l'on doit pouvoir supporter. »

p. 632

15 septembre 1942 mardi matin, 10 heures et demie.
Et à présent je sens ce qu'il était, le poids que tu m'as donné à porter, mon Dieu. Tant de beauté et tant d'épreuves. Et toujours, dès que je me montrais prête à les affronter, les épreuves se sont changées en beauté. Et la beauté, et la grandeur, se révélaient parfois plus dures à porter que la souffrance, tant elles me subjuguaient.

p. 712

 

Retour à Etty Hillesum