P>

Sybil 1997

Le texte évangélique

Mt 24, 37-44

37 Car le nouvel Adam manifestera sa présence à l'image des événements de l'époque de Noé. 38 En effet, à cette époque-là, avant le déluge, les gens étaient occupées à manger à belles dents et à boire, à se marier et à organiser des mariages, jusqu'à ce qu'arrive le moment où Noé entra dans l'arche. 39 Et les gens n'en surent rien jusqu'à ce que survienne le déluge qui les emporta tous. C'est de la même manière que se manifestera la présence du nouvel Adam. 40 Alors on pourra trouver deux hommes au champ, mais l'un sera sélectionné, l'autre sera écarté. 41 On pourra surprendre deux femmes en train de moudre dans un moulin, l'une sera sélectionnée, l'autre sera écartée. 42 Soyez donc vigilants, car vous ne pouvez pas savoir à quelle date votre maître fait apparition. 43 Voilà donc ce que vous devez comprendre: si le maître de maison avait su à quel moment de la nuit s'introduirait le voleur, il aurait veillé pour empêcher l'entrée par effraction dans sa maison. 44 C'est pourquoi vous devez, vous aussi, être prêts; car c'est à un moment que vous ne pouvez imaginer que se présente le nouvel Adam.


 

 

 

 

 

 

 

 

Vers un nouvel Adam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire d'évangile - Homélie

L'arche de l'humanité nouvelle

«Êtes-vous prêt pour la rentrée? Êtes-vous prêt pour Noël?» Vous connaissaissez ces messages dont nous bombardent les media. Voilà que l'évangile de ce dimanche nous lance: «Êtes-vous prêt pour la venue du Fils de l'homme?» Sommes-nous devant le même type d'interpellation? Vous devinez bien qu'il y a une différence fondamentale. Mais laquelle?

Dissipons d'abord certains malentendus face à un texte qui peu faire peur avec cette alllusion au déluge qui fit périr un tas de gens, cette évocation de la scène d'un voleur qui vient cambrioler en pleine nuit, cette insinuation qu'il y a jugement imprévisible et presqu'arbitraire (l'un sera pris, l'autre laissé) qui nous attend. Comprenons bien l'évangéliste Matthieu. Nous sommes vers l'an 80 ou 85, plusieurs années après la mort des apôtres, et les chrétiens se posaient de sérieuses questions sur la réalité du Royaume de Dieu auquel ils identifiaient le retour de Jésus; on vivait l'essoufflement communautaire et peu de choses des promesses du Royaume semblaient se matérialiser, d'où la question: est-ce bien vrai ce retour de Jésus?

Vous-mêmes, chrétiens du 21e siècle, que répondriez-vous à cette question? Vos ancêtres n'ont pas été témoins du retour de Jésus, vous de même et il est possible qu'il en soit également ainsi pour les chrétiens de l'an 5,000 ou l'an 10,000. Alors à qui donc s'adresse l'évangile de ce dimanche? Vous devinez bien qu'il s'adresse à nous, mais comment?

Pour aider à comprendre l'interpellation contenue dans ce récit, deux précisions s'imposent. L'expression « Fils de l'homme », utilisée par Jésus pour parler de lui, renvoie à la figure apocalyptique juive d'un peuple humilié qui croit qu'un jour il goûtera aux grands honneurs dans le monde de Dieu et exercera la fonction de juge sur les peuples de la terre. Au fond, elle désigne l'homme renouvelé, tel que voulu par son Créateur. Aussi, je préfère traduire l'expression par "Nouvel Adam". Car Adam, qui veut dire: terre, désigne l'homme primordial, et c'est cet être renouvelé qu'a voulu être Jésus. C'est donc l'humanité nouvelle que nous attendons. De plus, le lectionnaire utilise le futur pour affirmer que ce Nouvel Adam «viendra». Le grec utilise un présent. Aussi je préfère traduire par «il vient», i.e. il est à notre porte.

« Soyez aux aguets, car c'est à un moment que vous ne pouvez imaginer que se présente le nouvel Adam. »

Voilà l'interpellation de l'évangile. En d'autres mots, soyez constamment alerte, car c'est au fil des jours de votre vie ordinaire que se présentent les occasions à saisir pour construire votre propre humanité, et par là contribuer à l'humanité nouvelle. C'est ce que représente l'arche de Noé avec toutes ses créatures, l'arche de l'humanité nouvelle qui a échappé à la destruction. Être prêt ne consiste donc pas, comme on le fait à l'occasion de Noël, à bien planifier l'achat de ses cadeaux face à un événement futur. Mais c'est être attentif et présent à son corps, ses émotions, tous les événements et les personnes de mon quotidien, et y déceler les réponses que je dois apporter aujourd'hui même. Car Jésus vient, il est là. Il 'y a pas d'autre chemin pour des individus ou peuple qui espère cette humanité nouvelle.

L'illustration dramatique du caractère fondamental de cette vigilance est reliée aux événements du 11 septembre 2001. Quelque temps avant ces événements, des agents de renseignement américains auraient signalé que quelque chose de grave se préparait et qu'il fallait enquêter sur les écoles de pilotage, mais les autorités politiques auraient totalement ignoré cet avertissement. Parce qu'on n'a pas été vigilant, parce qu'on n'a pas agi à temps, 3,000 personnes sont mortes et ne seront plus jamais parmi nous.

Comment devient-on un un être vigilant, me demanderez-vous? Comment devient-on prêt à agir au bon moment? Je pense qu'il faut à la fois une forme de dépouillement intérieur pour bien entendre les diverses voix, et une foi fondamentale qui permet d'oser l'avenir. Un jour, j'ai accepté l'opportunité d'un travail dans une autre ville, ce qui impliquait la vente de la maison, l'éloignement d'une ville que j'aimais et le déracinement de toute la famille. Je vivais bien sûr la pauvreté d'être sans travail et j'étais aux aguets sur tout ce qui s'offrait, mais il y avait aussi la foi que tout se passerait bien, que cette nouveauté serait source de vie pour tous.

La marche vers Noël, c'est la marche vers l'humanité nouvelle symbolisée par un enfant. Ne manquons pas cette occasion, soyons prêts.

 

-Août 2004